browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Le tour des projets d’Otra Cosa

Posted by on 21 octobre 2013

Mardi dernier, nous avons été conviés à un tour des projets d’Otra Cosa. L’occasion pour tous les volontaires de découvrir les autres projets avec lesquels Otra Cosa est partenaire. Au tour pour certains de nos volontaires de nous montrer l’endroit où ils travaillent et l’objectif du projet.

Départ à 7h15 de la maison des volontaires, direction Huanchaquito (littéralement, petit Huanchaco), un village près de Huanchaco, où les routes en bitume n’existent pas. Nous visitons d’abord le centre de santé local, où 4 médecins reçoivent les quelques 3000 habitants de la bourgade. Une de leurs taches les plus importantes, mais également dans laquelle ils ont le plus besoin de volontaires, est les vaccinations. Bien que le lieu ne soit pas très grand, il regroupe plusieurs services : celui de la femme (et tout ce qui a trait à la gynécologie et à la grossesse), celui des adultes, celui de l’enfance.

15102013-DSC_8122

Le service dédié à l’enfance

15102013-DSC_8120

La médecin nous explique le fonctionnement du centre de santé

 

2ème étape, un foyer pour les enfants des rues, ou pour les enfants dont les parents ne peuvent pas s’occuper. Nous arrivons juste après le petit déjeuner, l’ambiance est bien joyeuse, des enfants rigolent et courent partout. Nous retrouvons un des jeunes de Fairmail, à qui Basile donne des cours de photo. Nous visitons rapidement les dortoirs, (les enfants sont fiers de nous montrer leur chambre !), la salle pour faire les devoirs, et une salle d’ordinateurs.

15102013-DSC_8125

Un des murs peints du centre pour enfants des rues, dans le village de Huanchaquito

15102013-DSC_8134

La salle d’étude pour les devoirs

3ème étape, la zone d’El Milagro. Cet endroit est en fait une décharge de déchets, dans laquelle des familles ramassent tous les objets en plastique pour les revendre ensuite pour une modique somme qui leur permet de vivre. Ils ont construit des abris de fortune juste en bordure de cette décharge, on peut littéralement dire que c’est un bidonville. Ma première impression est un bond dans ma poitrine: comment des êtres humains peuvent-ils vivre dans de telles conditions ?  Hannah nous explique que ces gens ont fuit les campagnes et les montagnes péruviennes à l’époque de la lutte du gouvernement Fujimori contre la guérilla du Sentier Lumineux, dans les années 1990. Cette guerre résulterait de 40 000 morts ou disparitions. Les rescapés ont fuit et se sont retrouvés sur la côte, sans argent et sans avoir d’endroit pour les accueillir. Certains ont donc reconstruit leur vie au Milagro. Il est illégal de vivre là bas, par conséquent les habitants n’ont pas de papiers d’identité, et aucuns droits. Une association chrétienne s’est installée dans cette zone pour les aider à avoir une carte d’identité pour accéder aux services de l’état. Cette association accueille également les enfants, les aide pour leurs devoirs, leurs propose des jeux et surtout essaie de dissuader leurs parents de les faire travailler si jeunes. Un programme entrepreneuriat a également été créé : des cours de pâtisserie et de boulangerie sont proposés dans le but que des jeunes ouvrent leur propre boulangerie. Ils bénéficient également d’un accès gratuit à la cuisine pour faire leur pain et gâteaux. Deux anciennes jeunes de Fairmail ont d’ailleurs monté leur pâtisserie, et s’en sortent grâce à ça. Ils recherchent d’ailleurs des volontaires pour enseigner la boulangerie/pâtisserie. Des français motivés peut être ?

15102013-DSC_8159

Le mur d’enceinte de l’association aidant les personnes d’El Milagro. Dans la bulle: « Je vais en cours »

15102013-DSC_8149

La cuisine dans laquelle est enseigné la boulangerie et la pâtisserie. La banderole accrochée met en avant le club des entrepreneurs.

4ème étape, direction Trujillo, dans une école pour enfants ayant un handicap mental. Ce centre est plutôt grand, il accueille 75 enfants et jeunes, de 7/8 ans à 20 ans. Nous allons de salle en salle, où à chaque fois 4/5 enfants sont suivis par 2 éducatrices. Certains enfants viennent nous serrer dans leurs bras, c’est touchant.

15102013-DSC_8166

L’école pour enfants en situation de handicap. Toujours très coloré

5ème étape, un autre centre pour enfants handicapés, mais spécialisé pour les aveugles. De la même façon que le précédent centre, 4/5 enfants sont assistés d’une éducatrice, et parfois d’un de leurs parents. Certains viennent nous dire bonjour en nous serrant la main ou en nous faisant une bise, un bel accueil. A l’étage, nous découvrons la bibliothèque avec tous les livres en braille, un langage inconnu pour nous tous, mais que les volontaires au long terme sont invités à apprendre pour travailler ici. Nous visitons également une salle de machines à écrire en braille, et une salle d’ordinateurs équipés de casques audio. Enfin, nous interrompons promptement un cours de massage : on apprend à de jeunes aveugles ou autistes comment faire des massages, pour qu’ils en fassent leur métier par la suite, métier pour lequel leur sensibilité est utile. Les différentes éducatrices et assistantes paraissent heureuses de nous présenter leur travail et leurs élèves, et nous répètent que l’aide des volontaires leur est précieuse et appréciée.

15102013-DSC_8188

Dans l’école pour enfants aveugles, les pancartes sont en espagnol et en braille

15102013-DSC_8172

Une éducatrice nous montre le travail effectué avec les jeunes: des broderies qui seront par la ensuite vendues

15102013-DSC_8185

Des machines à écrire en braille, qui ne comptent que 7 touches!

6ème étape, le conservatoire de musique de Trujillo, ayant à peine suffisamment de ressources financières pour payer ses professeurs. L’ambiance est chouette, on entend plein de bruits d’instruments ici et là. Au centre du conservatoire, un patio très agréable et plein de vie. En ce moment, un festival d’instruments à vent est organisé, et un concert de flute traversière est donné lors de notre visite. Les volontaires ici donnent des cours de musique dans leur instrument de prédilection, et peuvent faire partie de l’orchestre du conservatoire.

15102013-DSC_8196

Concert de flute traversière au conservatoire de musique de Trujillo

7ème étape, les locaux de Fairmail, le projet de cours de photographie dans lequel Basile s’investit. Nous rencontrons Renato, le gérant de Fairmail Pérou, qui nous parle du projet. Des volontaires ont un coup de cœur pour certaines cartes postales, et en achètent quelques unes.

19102013-DSC_8375

Photo qui n’a pas été prise lors du « tour des projet », mais samedi dernier lors d’une sortie photo au jardin botanique avec les jeunes de Fairmail

8ème étape, nous quittons Trujillo pour revenir vers Huanchaco. Nous nous arrêtons dans le quartier de Las Lomas, où là non plus les routes de bitume n’existent pas. Nous frappons à la porte d’une petite maison qui accueille une crèche pour enfants en bas-âge. Ce projet a été mis en place par l’état, pour soulager les mères et leur permettre de travailler. Les enfants sont accueillis gratuitement, ils ont un repas équilibré et on leur apprend les règles d’hygiène simples comme se laver les mains, ou se brosser les dents. Nous ne pouvons malheureusement pas entrer, c’est l’heure de la sieste et la femme vient juste de coucher les enfants.

 

Nous quittons Las Lomas pour rentrer à Huanchaco et visiter notre dernier projet : un refuge pour chiens abandonnés, une sorte de SPA local. Kiko, la volontaire, nous conseille de ne pas rentrer car les chiens risquent de nous sauter dessus, surement trop contents d’avoir de la visite. Ce projet a été créé par une femme qui nourrissait les chiens errants, mais qui n’avait pas de place chez elle pour tous les accueillir. Elle a alors cherché un lieu sûr pour les recueillir et les nourrir.

15102013-DSC_8205

Une volontaire rentrant un chien qui était sorti faire un tour…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>