browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Visite d’un groupe de femmes tisseuses du lac Titicaca

Posted by on 10 décembre 2013

Les tissus sont une grande tradition au Pérou. Aussi il aurait été dommage de ne pas rencontrer d’artisans de cette activité si importante dans ce pays.

Nous avons donc réussi à rencontrer 2 femmes d’une coopérative d’artisans du commerce équitable, à côté de Puno, sur les rives du lac Titicaca.

06122013-DSC_3530

Rives du lac Titicaca

06122013-DSC_3473

La mini boutique dans la maison de Bertha. En vente, des petites marionnettes que l’on met sur le doigt!

Bertha et Genova font partie de la communauté Chinchera, et leur langue native est l’Aymara. Les parents de Genova ont créé l’association d’artisans sud-andins de Puno (Asociación de Artisanos Sur Andino de Puno) en 1992 pour éliminer les vendeurs intermédiaires à l’exportation de leur production, et ainsi vivre plus dignement de leur travail. Actuellement, une vingtaine de familles de la communauté font partie de l’association. Au niveau national, elles font partie de la CIAP (Centrale Interrégionale des Artisans du Pérou). Cette grande coopérative regroupe 21 associations d’artisans dans tous le pays, et leurs apporte un soutien pour exporter leurs produits via le commerce équitable. 9 d’entre elles se trouvent dans la région de Puno, dont la « Asociación de Artisanos Sur Andino de Puno ».

Bertha est d’ailleurs vice présidente de la CIAP, et s’occupe de la partie touristique : l’association accueille de temps en temps des touristes pour leur montrer le processus de tissage, et pour rapprocher le producteur du consommateur. La CIAP a également créé il y a quelques années un projet de micro crédit pour permettre à ses membres d’avoir un peu d’argent pour commencer ou faire grandir leur business. Avant chaque prêt, une évaluation stricte est effectuée afin de savoir quels sont les besoins exacts de l’artisan, et qu’il soit en mesure de rembourser le prêt, et ainsi ne tombe pas dans les mêmes excès qu’en Inde où des emprunteurs avait fini par se suicider faute de ne pas pouvoir rembourser leur prêt. Au départ, cette agence de micro crédit était destinée qu’aux membres de la CIAP, et maintenant elle est ouverte à tout le monde : agriculteurs, commerçants, etc.

06122013-DSC_3480

L’alpaga, emblème de l’association. Les tissus sont à fabriqués avec 100% de laine d’alpaga

Bertha nous a conduit chez Genova, sa maison sert d’entrepôt des fabrications et de mini boutique pour les personnes qui viennent visiter l’association. Genova nous montre ainsi tout le processus pour fabriquer une écharpe ou des gants depuis la peau d’alpaga. En effet, la laine d’alpaga est bien plus douce que la laine de mouton. Les femmes achètent la laine d’alpaga sur le marché local, ou parfois directement la peau avec la laine. Elles sélectionnent ensuite les parties les plus douces de l’animal (le centre), et retirent les morceaux où la terre est restée. Elles utilisent les bonnes parties de laine pour faire le fil, puis rassemblent 2 fils pour que le tissu soit bien résistant. Une fois le fil prêt, il peut être soit teint, ou soit utilisé directement pour tisser si la couleur convient. La dernière étape consiste à tisser avec 2 grandes aiguilles. Enfin, elles lavent le produit finit au shampoing, avant de le mettre à la vente.

06122013-DSC_3482

Genova fabriquant le fil à partie de laine brute d’alpaga

06122013-DSC_3483

Fabrication du fil

 

06122013-DSC_3476

Les différents fils prêts à l’emploi! Certains ont une couleur naturelle, d’autres ont été teints.

06122013-DSC_3478

Les différentes couleurs de pelage d’alpaga

La vente des tissus via le commerce équitable est pour Genova sa seule source de revenu. Elle a des animaux et un petit champ pour la consommation de la famille mais elle ne vend pas sa production agricole.

06122013-DSC_3497

Genova tricotant une écharpe. « On peut le faire nimporte où, même dans les champs quand on surveille nos bêtes! »

Si vous voulez les aider, la CIAP accepte des volontaires. Une volontaire française a récemment monté un projet pour leur acheter des machines à tisser afin de réduire les prix de vente et faire gagner du temps aux femmes. Le site internet de la boutique de commerce équitable à Puno: http://kantu.ciap.org/?page_id=105.  Sinon, vous retrouverez surement leurs tissus (pulls, ponchos, gants, écharpes) dans les boutiques Artisans du Monde en France.

06122013-DSC_3503

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>