browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Les Iles Ballestas ou l’ile aux oiseaux

Posted by on 9 décembre 2013

Après notre visite de Caral, nous repartons le lendemain matin pour Lima avec un bus « local », le gros avantage est qu’il n’est pas cher, après le confort est vraiment sommaire et il s’arrête souvent sur le trajet pour prendre ou laisser descendre des passagers sur le bord de la route. Le trajet est donc plus long qu’un bus direct mais on n’avait pas le choix lorsqu’on est dans une petite ville. Arrivés à Lima, il nous faut changer de compagnie pour continuer vers le sud, heureusement le chauffeur nous explique quelle compagnie prendre pour aller vers Paracas. Là on se retrouve dans un bus VIP, le jour et la nuit avec le bus précédent ! L’avantage est qu’il est direct, mais il ne respectera pas vraiment les horaires. Notre voisin a bien exprimé son mécontentement à chaque fois en tapant sur la vitre avec ses clefs ou en tapant du pied.

On arrive à Pisco, puis taxi pour aller jusqu’à Paracas, notre destination finale.

Cet endroit est réputé pour la richesse de sa faune et de sa flore. En effet, il y une très grande réserve naturelle. Les vendeurs nous sautent dessus pour nous proposer leur tour aux fameuses Iles Ballestas, tous proposent exactement la même prestation, il faut juste réussir à négocier le prix au mieux. Nous réservons donc comme tout le monde un tour de bateau pour 8h le lendemain. On commence à revoir des touristes, ça faisait longtemps que l’on n’en avait pas vu mais cela reste calme car on est en basse saison.

 

On arrive sur le port pour le départ un peu avant 8h et il y a beaucoup de touristes, on n’est pas les seuls à venir ici. Comme souvent au Pérou, c’est le même service mais aussi les mêmes bateaux et bien sur c’est le même tour que l’on fera en s’arrêtant au mêmes endroits, aucune originalité.

 

Le tour commence par s’arrêter près d’une forme étrange dessinée dans une dune de sable de la péninsule : el candelabro (chandelier). Les historiens ne savent pas la dater, certains disent que ce sont des civilisations pré-incas, alors que d’autres pensent aux extraterrestres ! On pourrait voir un cactus qui était consommé par les incas pour leurs rites ou certains y voient un chandelier. La forme mesure 180m de long et 70cm de profondeur, elle est exposée face à la mer, surement un signe destiné aux pêcheurs. Cette représentation est toujours présente car il ne pleut jamais ici et elle est dos aux vents, ce qui a permis de la garder intacte pendant des années.

03122013-DSC_2965

El Candelabro

Ensuite nous continuons vers les fameuses iles aux oiseaux, déjà pendant le trajet on peut voir beaucoup d’oiseaux en train de pêcher : ils chutent à la verticale dans l’eau et ils ressortent quelques instants plus tard.

 

On finit par arriver tout près de l’ile et sur un rocher, un gros lion de mer faisait sa sieste, il nous regarde passer comme les autres bateaux avant nous. Nous apercevons aussi des manchots, et une multitude d’oiseaux. Parmi les plus connus : les pélicans au bec coloré, les fous (mais sans pattes bleues, contrairement à ceux vus en Equateur), des vautours au bec rouge… C’est chouette de pouvoir voir de près tous ces animaux ! Ces îlots ont été très prisés par le gouvernement il y a quelques années pour le guano : ce sont les fientes d’oiseaux qui sont utilisées pour faire de l’engrais agricole. Dans les années 1870, cela représentait 80% des exportations péruviennes ! Maintenant, cette industrie est régulée par des organismes de protection de la faune et la flore.

03122013-DSC_3094

Un lion de mer faisant sa sieste.

03122013-DSC_3010

40° en plein soleil, 14° dans l’eau, eau riche en poisson… Bref le lieu idéal pour les lions de mer !

 

03122013-DSC_3038

Un pélican

03122013-DSC_3051

Les oiseaux ont investis les installations pour exporter le guano, qui ne doivent pas dépasser les 1000 tonnes tous les 8 ans

03122013-DSC_3057

L’ile aux oiseaux porte bien son nom

03122013-DSC_3178

Une des nombreuses espèces d’oiseaux en plein vol.

Après notre balade en bateau, nous louons des vélos pour continuer la visiter du parc naturel de Paracas, qui se poursuit sur la péninsule. Un peu d’exercice physique ne nous fera pas de mal, même si la qualité des vélos laisse à désirer… Nous roulons au milieu des dunes de sable, cela paraît assez irréel. Nous nous arrêtons près d’une plage au sable rouge, à cause des sédiments locaux.

03122013-DSC_3412

La plage de sable rouge

Après cette journée bien remplie, nous ne trainons pas et préparons nos affaires pour prendre le prochain bus de nuit pour Arequipa (12h de trajet), pour ensuite atteindre Puno (7h de trajet), sur les bords du lac Titicaca. On passe d’une altitude proche de 0 sur la côte, à 3800m à Puno, en passant par un col à environ 4500m ! En arrivant à Puno, nous sommes très fatigués, et souffrons du mal des montagnes, du fait d’être montés trop vite en altitude. Nous nous reposons donc une journée là bas, avant de partir vers la Bolivie, à Copacabana (non, ce n’est pas la plage brésilienne…) sur les bords du lac Titicaca côté bolivien.

L’intégralité de l’album photo sur trouve ici :

Pour voir les photos en grand, cliquez sur (view with PicLens).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>